Aller au contenu principal
RetourPartager
 - Épargne enfant, l'actu

Comment gérer l'argent de poche de vos enfants ?

Donner de l’argent de poche est devenu une habitude avec le développement de la « société de consommation ». Voici quelques conseils pour vous permettre de donner à votre enfant les bases d’un rapport sain et réfléchi à un argent qui sera omniprésent dans sa vie.

 

Les nordistes plus généreux.

De fait, l’argent de poche s’est généralisé en Europe. Publiée par le site auféminin.com, une étude réalisée en 2015 par un organisme belge (CRIOC ou Centre de Recherche et d’Information des Consommateurs), donne des indications éclairantes :

Les Européens du nord (des pays scandinaves et germanophones), seraient les plus grands adeptes de cette pratique et dès le plus jeune âge. Les Européens du sud y viendraient, mais privilégieraient les dons d’argent lors d’occasions spéciales (anniversaire, Noël, récompenses diverses, etc). La moitié des parents donneraient régulièrement de l’argent de poche.

 

Combien donne-t-on ?

Les montants des dons varient fortement. Selon le CRIOC, les minimums mensuels moyens en Europe se situeraient à environ 12 € à l’âge de 10 ans, pour monter au double vers 13 ans, et atteindre près de 30 € à 17 ans.

D’autres sites spécialisés donnent des estimations différentes concernant la France.

Pour le site fourchette-et-bikini.fr, «un enfant âgé de 5 à 8 ans reçoit 5 euros d’argent de poche, un enfant de 9 ans reçoit 10 euros, un enfant âgé de 13 à 15 ans entre 15 et 30 euros et un enfant âgé de 16 à 18 ans entre 30 et 50 euros ». Pour magicmaman.com, l’échelle des dons commencerait à 4 € vers 6 ans, pour dépasser les 15 € à 15 ans et les 45 € à 18 ans.

 

Comment donner ?

En fait, tous ces chiffres sont à relativiser. Les parents tiennent compte de plusieurs facteurs. Leurs propres revenus et le nombre d’enfants dans la famille entrent évidemment en ligne de compte. Mais tout dépend aussi si l’argent de poche n’est qu’un « plus » pour les loisirs, ou si l’enfant (et surtout l’adolescent), doit payer certaines dépenses avec (frais de transport le plus souvent). Parfois, les parents donnent un peu moins que prévu initialement, en accord avec une grand-mère ayant décidé de verser régulièrement un pécule à épargner, en alimentant par exemple un livret ZESTO.

Donner du sens à l’argent de poche

Finalement, le plus important, au-delà des montants, est le sens que l’on va donner à l’argent de poche. Un sens qui peut varier selon l’âge. Magicmaman.com rappelle d’ailleurs que « l’argent ne prend vraiment de la valeur aux yeux de votre enfant, qu’à partir du moment où il commence à savoir bien compter ». Et de fait : à 5 ou 6 ans, on découvre. À 15 ans, on prend conscience. À 18 ans, on se responsabilise et on s’autonomise... C’est pourquoi les plus jeunes reçoivent chaque semaine, alors qu’après 16 ans, le don devient mensuel, se calquant ainsi sur le rythme de rémunération du futur emploi.

Liberté ou accompagnement ?

Faut-il laisser l’enfant totalement libre de l’usage qu’il va faire de son argent ou au contraire l’encadrer ? La plupart des sites s’accordent sur la pertinence d’un juste milieu et d’un certain pragmatisme.

Un juste milieu parce qu’un don d’argent doit rester un don, sans conditions imposées sur l’usage. À l’enfant de faire l’expérience d’une dépense immédiate pour éprouver ensuite le manque et le regret d’avoir dépensé sans réfléchir. Mais aux parents d’être aussi à l’écoute si l’enfant demande des conseils.

Il faut aussi se montrer pragmatique. Pour les plus jeunes, l’argent donné est perçu comme un cadeau ou une récompense. A partir de l’adolescence, cela devient progressivement un quasi salaire. Il est donc important de respecter les échéances (le 1er de chaque mois par exemple), et de ne pas priver l’adolescent de son dû mensuel pour le punir. Si une punition est nécessaire, mieux vaut en trouver une autre.

Une part pour l’épargne ?

Sans se montrer trop intrusifs, les parents peuvent jouer un rôle de conseil pour guider l’enfant dans son apprentissage de l’argent. Dès le plus jeune âge, on peut ainsi lui suggérer que sur les deux pièces d’1 € qu’on vient de lui donner, il pourrait n’en dépenser qu’une et garder l’autre de côté. Il pourra ainsi à l’avenir s’acheter un plus gros cadeau. Pour le second pas vers l’épargne, les sommes étant plus conséquentes, les parents peuvent jouer les banquiers et se voir confier pour un certain temps par leur enfant une partie de leur argent de poche. Quelques mois plus tard, cela peut leurs permettre d’acheter l’objet onéreux de leurs rêves.

Et pourquoi pas un livret ZESTO ?

Mais bien vite au nom de l’enfant, les parents ou grands-parents franchissent le pas de l’ouverture d’un livret d’épargne (le livret ZESTO* est parfaitement adapté). À lui de l’alimenter en fonction des efforts qu’il est prêt à consentir sur une consommation immédiate, et de l’intérêt bien compris qu’il va pouvoir accumuler de l’argent et le faire fructifier. Les parents ont ici une double utilité. L’enfant mineur ne pouvant ouvrir lui-même son livret ZESTO, ses parents le feront à son nom. Mais ils seront aussi là, pour lui expliquer des notions aussi essentielles que celles de capital et d’intérêts. Pour lui rappeler qu’une bonne gestion consiste à laisser toujours intact un capital, et à ne prélever que le fruit des intérêts s’il a besoin d’argent. Fortement pédagogique, un livret ZESTO est pour un enfant une première étape bien utile pour maîtriser ensuite l’utilisation d’un compte en banque, de moyens de paiement ou de produits financiers.

Alors oui, l’argent s’apprend. Et l’argent de poche est un excellent moyen pour y parvenir pendant les années de l’enfance et de l’adolescence.

* Pour tout savoir sur l’ouverture d’un livret ZESTO pour un mineur, cliquez ici.

 

Pour consulter les autres actualités du mag, cliquez ici.

J'ouvre mon livret zesto !
x

Saisissez vos coordonnées

adresse arrow arrow arrow arrow close espace-client espace-pgr formulaire googleplus livret ouvrir-livret plus search share-fb share-imprimer share-linkedin share-mail share-retour share-text-less share-text-more share-twitter telephone twitter youtube